Séjour au Pays des Nestes

Séjour au Pays des Nestes

Sébastien Demay

Ma véritable ouverture cette année aura été tardive puisque, hormis la rencontre des Fous des Toc début juin, je n’ai pu véritablement aller traquer la truite au toc qu’en juillet, à l’occasion de deux semaines de vacances en famille à Arreau (65). Pour que la pêche reste compatible avec des vacances, le programme a été chargé : lever à 6h00, pêche de 6h30 à 8h30 environ, retour au gîte pour un petit déjeuner, puis activités en famille.

La Neste à Arreau, à la confluence de la Neste d’Aure et de la Neste du Louron

Cet agenda aura été favorable à la pêche, car comme bien souvent en été, les truites sont actives surtout aux extrémités de la journée. En pêchant quelquefois en peu plus tard dans la matinée, j’ai pu le constater : espacement voire un arrêt des touches au delà de 9h30 du matin les jours de grand ciel bleu. Mais dès le lever du jour elles étaient donc bien actives et la météo stable (un seul jour de pluie sur deux semaines) m’a bien aidé.
Ma pêche s’est faite essentiellement sur la Neste, rivière que je n’avais jamais pêché auparavant, mais que je connaissais bien sûr de réputation. Elle a en effet été victime en 2013 d’une crue exceptionnelle, puis d’un accident de vidange du barrage du Rioumajou.

Une fario de 27cm de la Neste d’Aure

Au final, d’après mon carnet de pêche FishFriender, ce sont près de 70 poissons maillés (60 fario, 6 saumons de fontaine) qui auront rejoint mon épuisette sur environ 13 sorties, soit entre 4 à 5 poissons maillés par sortie d’environ 2 heures. Assez curieusement, je n’ai pris que très peu de sujets en-dessous de la maille à 23cm (moins d’un par sortie), et seulement deux tacons, pourtant réputés pour être présents en très grand nombre sur la Neste. Au vu de ce qu’a subi cette rivière dans le passé, il est satisfaisant de voir une telle population de jolies truites très combatives, dont la taille moyenne s’établit autour de 27/28cm.

Une fario de 30cm la Neste

Certaines randonnées en famille menant vers des lacs ou des vallées avec des ruisseaux se sont accompagnées également d’un peu de pêche. C’est ainsi que j’ai fait un capot complet dans les lacs de Néouvielle aux leurres, mais de belles pêches encore au toc, à la sauterelle, quasiment sans plombée, dans de magnifiques petits affluents des grandes Nestes entre 1500 et 1700m d’altitude. On trouve des farios aux robes absolument splendides, avec des tailles tout à fait respectables pour des ruisseaux de haute montagne (entre 23 et 27cm). Quel plaisir d’aller les taquiner dans des cadres paradisiaques après quelques heures de marche, parfois ardue !

Plus familier des Hautes-Pyrénées côté Barèges / Luz-Saint-Sauveur (Gave de Pau et son affluent le Bastan), j’ai été enchanté par la vallée d’Aure, et pas seulement d’un point de vue halieutique. Courrez-y, que ce soit pour la pêche, les paysages, les randonnées, le vélo, ou tout cela à la fois !

Neste de la Gela à 1650 m d’altitude
Un « lingot » de 27 cm d’un affluent de la Neste du Louron à 1475m d’altitude
Une belle dorée de la Neste du Louron
Une 100% pure Neste de 34cm

Une réaction au sujet de « Séjour au Pays des Nestes »

Répondre à pascal richard Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *