Une ouverture tardive pour les frères Momesso

Une ouverture tardive pour les frères Momesso

Suite à l’annonce du nouveau confinement, nous décidons de profiter de ce long week-end de Pâque au chalet à Boutx pour taquiner dame truite. Ce sera pour nous la première sortie de l’année car je me suis blessé au genou – je ne parlerai pas de cette escapade à mon kiné – et Romain tenait vraiment à ce que l’on fasse cette première de la saison ensemble afin de tester le potentiel de la NATIVE origine.
Pour la matinée du samedi, ce sera une session sur le No-kill de Saint-Béat. Un gros lâcher était prévu et beaucoup de monde avait répondu présent mais pas sur ce parcours que nous aimons tant.
Des conditions climatiques correctes mais avec une eau de neige qui, nous le savons tous, n’est jamais très favorable. Au final, pas plus de 6 prises mais de très beaux poissons avec trois belles de 30+ accrochée et une de 40+ qui s’est terminée par une casse. Cette dernière ne m’a jamais laissé passer dessous et a montré qu’elle restait maître de son élément. En bref, un véritable baptême du feu pour la NATIVE qui a tout de même été mise à rude épreuve.
La pêche n’étant pas terrible, nous nous rabattons sur les morilles qui elles aussi ne se montrent pas vraiment présentes, le sol est beaucoup trop sec…
Pour la soirée, nous partons encore sur la Garonne en aval de la confluence avec la Pique. Nous avons eu écho qu’il s’y prenait de beaux poissons, mais seuls quelques tacons et truitelles ont bien voulu mordre.
Dimanche, nous nous aventurons sur un parcours sur la Pique que nous n’avons jamais pratiqué. Deux heures de pêche et seulement trois touches ! Pourtant, le lieu est vraiment prometteur. Les eaux sont probablement trop froides pour l’instant… à essayer plus tard dans la saison.
Nous décidons donc de nous rabattre sur un deuxième parcours No-Kill de la Garonne. Là aussi, la pêche est difficile. Entre tacons et truitelles Romain parviendra tout de même à accrocher une belle de 30 et encore une autre un peu plus tard en retournant sur Saint Béat.
Au final, c’est pour nous un début de saison difficile tant à la pêche qu’à la cueillette… mais les émotions tant espérées depuis maintenant plus de six mois étaient au rendez-vous. C’est un long mois qui va maintenant débuter mais il sera alimenté par de beaux souvenirs.

Paul Momesso

Romain a vraiment l’œil pour les morilles

One thought on “Une ouverture tardive pour les frères Momesso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *