150 ONG signent un manifeste contre l’hydroélectricité

150 ONG signent un manifeste contre l’hydroélectricité

(source : www.ern.org)

Suite à la Journée mondiale des poissons migrateurs, 150 ONG se sont regroupées pour demander aux institutions européennes de mettre fin au financement public de nouveaux projets hydroélectriques en Europe.
La construction de nouvelles centrales hydroélectriques va à l’encontre des objectifs de biodiversité du « Green Deal » européen, étant donné la faible contribution des nouvelles centrales à la transition énergétique par rapport aux dommages environnementaux qu’elles causent [1]. Le WWF, ainsi que les signataires tels que le Climate Action Network Europe et BirdLife, demandent que les investissements publics soient réorientés vers la modernisation des centrales existantes, les mesures d’efficacité énergétique et les alternatives d’énergie renouvelable à faible impact comme l’énergie éolienne et solaire.
La mobilisation des ONG intervient quelques mois après qu’une nouvelle analyse ait révélé que 93 % des poissons migrateurs d’eau douce européens avaient disparu depuis 1970, en partie à cause de l’énergie hydraulique. Alors que 91% des centrales existantes et prévues en Europe sont considérées comme « petites » – c’est-à-dire qu’elles ont une capacité inférieure à 10 MW – et contribuent peu au bouquet énergétique, leurs impacts environnementaux sont dramatiques.
Andreas Baumüller, responsable des ressources naturelles au bureau de la politique européenne du WWF, a déclaré « La poursuite du financement de nouveaux projets hydroélectriques par la Commission européenne et les institutions financières européennes est en totale contradiction avec les ambitions de la stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité et avec son objectif de restaurer 25 000 km de rivières à courant libre. La suppression des outils de financement et des incitations aux nouveaux projets hydroélectriques est une mesure de plus en plus urgente pour inverser la perte de biodiversité dans l’UE, atteindre les objectifs fixés par la directive-cadre sur l’eau et soutenir le « Green Deal » européen ».
Alex Mason, responsable politique, Climat et énergie, Bureau de la politique européenne du WWF, a ajouté : « Nous devons de toute urgence passer à un système d’énergie 100 % renouvelable. Mais la contribution que pourrait apporter la nouvelle hydroélectricité est insignifiante par rapport aux dommages écologiques massifs qu’elle causerait. Nous devrions plutôt investir dans l’éolien et le solaire, combinés à la flexibilité de la demande et au stockage ».

[1] Avec les quelques 5 500 centrales hydroélectriques prévues dans l’UE, la part de la production hydroélectrique de l’UE passerait de 10 % à 11,2-13,9 %.

Le manifeste :
NO MORE NEW HYDROPOWER IN EUROPE : A MANIFESTO

Pour en savoir :
Les centrales hydroélectriques et leurs conséquences : un article de synthèse.
Comment les barrages détruisent le monde naturel…: pour comprendre l’impact de ces centrales hydroélectriques, un excellent article de Nicolas Casaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *