La reprise de Paul

La reprise de Paul

Paul Momesso*

Enfin, le déconfinement est arrivé et l’envie de retrouver nos cours d’eau de première catégorie se fait de plus en plus ressentir. Mais les conditions météo qui ont été des plus favorables pendant le confinement ne se sont pas montrées aussi généreuses depuis le 11 Mai. C’est donc pour moi le 19 que je décide de retourner avec nostalgie sur la rivière de mon enfance, l’Arbas , où j’ai commencé à l’âge de trois ans à pratiquer la pêche des vairons avec mon père et mon frère.
Sur les conseils de mon mentor, qui s’est également rendu sur les berges de l’Arbas deux jours avant moi et qui n’a pas bénéficié des meilleures conditions (niveau d’eau trop important et pression de pêche excessive), je me suis donc rendu sur les lieux. J’allais certainement bénéficier de conditions de pêche plus favorables.
C’est donc un réveil matinal à 5h20 que je m’impose pour me rendre à la maison Ducos à Mane afin de m’approvisionner en appâts.
Je me rends sur un coin que j’affectionne particulièrement et je constate que le niveau d’eau est excellent. Le vent est totalement absent et les poissons sont bien là et mordeurs…
Il ne m’a pas fallu bien longtemps avant de sanctionner une dérive par un ferrage et c’est une première prise qui est certes modeste mais qui m’a donné un plaisir que je n’avais plus ressenti depuis le début de l’ouverture.

Les coups sont somptueux et j’enchaine les prises sur des spots avec pas moins d’une dizaine d’individus qui se laisseront tenter.
Aux alentours de 10h00, le soleil frappe de plus en plus fort et l’activité des poissons commence à baisser. Je constate alors que je ne suis plus seul à taquiner dame truite. Je décide donc de remonter en direction de Barat. C’est l’occasion pour moi de manger et de boire ; mais il faut faire vite, ici aussi je ne serai pas seul très longtemps.
Le coin est somptueux et je décide d’attaquer en nymphe au toc. Je dois avouer que c’était mon premier essai sur dame truite !
Le résultat ne tarde pas pour ma première en nymphe. Je constate que cet appât est apprécié mais pas autant qu’un appât naturel… il faut être vraiment attentif et ferrer rapidement, car il ne faut pas longtemps à dame truite pour comprendre qu’elle vient de se saisir de quelque chose qui n’est pas consommable…
Ici aussi les pêcheurs sont nombreux, me poussant à rebrousser chemin après avoir eu la satisfaction de quelques prises.

C’est donc une merveilleuse journée qui s’achève avec pas moins d’une quarantaine de truites dont une belle de 27cm et sa sœur qui, après s’être bien défendu, a réussi à se libérer, la végétation ne m’ayant pas permis un ferrage décisif ! Les poissons sont certes modestes mais quel plaisir de voir sa ligne dériver dans le courant avec la visualisation d’un arrêt soudain de son rigoletto…
Une petite déception, celle de quelques usagers qui ne se gênent pas pour se placer sur le  » joli coup » de la rivière alors que l’on est déjà présent et qui, après n’avoir rien pris et tout fait fuir, retournent à leur voiture à l’assaut d’un nouveau coup…

*Paul Momesso est un jeune pêcheur talentueux très prometteur qui vient tout juste de rejoindre l’association.
Merci à lui de nous avoir fait partager cette sortie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *