Direction l’Arize…

Direction l’Arize…

Les niveaux étant hauts, trop hauts à notre goût, suite aux pluies de ces derniers jours et au début de la fonte des neiges, nous délaissons les grandes rivières pour des lieux plus cléments. Direction l’Arize avec JP, belle rivière des Pyrénées ariégeoises qui traverse le massif du Plantaurel, créant la fameuse grotte du Mas d’Azil, unique grotte en Europe pouvant être traversée en voiture.

La grotte du Mas d’Azil : l’entrée nord

L’Arize qui prend sa source aux environ de 1250 m est une rivière peu soumise à la fonte des neige. Elle est donc souvent pêchable quand les autres rivières ariégeoises ne le sont pas. Mais la veille de notre sortie, des pluies avaient fait monter le niveau d’une vingtaine de centimètres. Qu’importe, nous savons qu’elle redescend en général assez vite. Vers le Mas et jusqu’à Durban l’eau est toutefois trop mâchée. Nous montons donc vers La Bastide de Sérou où la turpitude est moindre. Sans être claire, l’eau sera en effet moins trouble et la pêche tout à fait praticable.

Les niveaux sur l’Arize : montent vite…baissent vite !

Dés la première dérive, je décrocherais un belle, puis ce sera une succession de petites, la plupart inférieures à la taille légale de capture qui est ici de seulement 20 cm. Bien qu’activent, les truites s’avèreront toutefois méfiantes, certaines calées contre les bordures, d’autres en limites de courant. Au final, nous en prendrons une bonne douzaine chacun et en décrocherons presque autant. JP s’en tirera toutefois bien avec deux belles de 25 cm, taille tout à fait honorable dans ce secteur. Les truites de l’Arize, les vraies ont une particularité bien marquée : leurs nageoires adipeuses sont bien soulignée par une coloration rougeâtre assez vives.
L’après-midi, le niveau ayant diminué un peu nous décidons de descendre plus en aval. Quelques rafales de vent et une eau plus forte et mâchée par l’écoulement de rus rendront la pêche plus difficile. Tous les postes ne sont pas praticables. L’utilisation de vers (de terreau…) me permettront de prendre coup sur coup deux belles de 26 et 27 cm. Jp restera dans la partie avec deux autres poissons de 25 cm qui succomberont à ses teignes. Quelques petites viendront compléter ce tableau mais elles s’avèreront moins nombreuses que dans la matinée.
Dommage que nous n’ayons pas pu pêcher plus en aval encore. Peut-être pour une prochaine fois mais faudra faire vitecar l’Arize est « bonne » pour le toc jusqu’en juin en général. Après, les niveaux sont en général trop bas et plutôt réservés à la PALM…L’Arize demeure une belle rivière à truite, les poissons sont bien là et le peuplement à l’air de s’être bien refait après les épisodes de sécheresses et les crues de 2013 avec une souche particulièrement homogène.


Une nageoire adipeuse bien rouge !

Et un coup de gueule pour finir. En bordure de l’Arize à proximité immédiate de La Bastide de Sérou : inadmissible !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *