No Kill spécifiques ou parcours réservés ?

No Kill spécifiques ou parcours réservés ?

Sans rentrer dans le débat houleux sur l’intérêt ou non des parcours dits « No Kill », il semblerait que certaines Aappma glissent aujourd’hui vers des pratiques encore plus restrictives. Tel est en effet le cas des No Kill spécifiques, réservés uniquement à certaines techniques et donc par défaut à certains pratiquants. Si cette situation ne déroge pas à un « halieutiquement correct », en revanche elle n’est pas « démocratiquement correcte ». Et c’est bien là où le bas blesse car sur quelle(s) base(s) une Aappma – dont on peut penser, avec le soutien et/ou la « bénédiction » de sa Fédération départementale – peut-elle décider de restreindre l’accès à certains tronçons de ses cours d’eau à seulement une partie de ses sociétaires, sociétaires, qui rappelons le, cotisent tous à la gestion même de ces cours d’eau !
Ainsi sur les quelques 97000 m linéaires de cours d’eau recensés en parcours No Kill dans la chaîne des Pyrénées (département 09, 11, 31, 64, 65 et 66), il est un département qui se démarque particulièrement, pour ne pas le citer, l’Aude. En effet, si les autres ont fait le choix d’imposer en grande majorité des No Kill « tous modes de pêche », ce département, hormis peut-être aussi celui des Pyrénées Orientales, fait figure d’exception avec pas moins de 90 % de ses parcours NK réservés exclusivement à la pratique de la mouche fouettée (Aappma de Quillan et d’Axat). Il est bien évident qu’un non pratiquant de la PALM ne fréquentera pas ces parcours !

Nombre de parcours No Kill par département
Linéaire des parcours No Kill (m) par département

Alors pourquoi un tel acharnement alors que tous les sociétaires sont normalement sur un même pied d’égalité et en droit de pratiquer leur loisir, quel qu’en soit la technique, sur l’ensemble des baux. Force est de constater que nous sommes bien là en présence d’un choix sélectif avec une exclusion de fait d’une certaine catégorie de pêcheurs. Cette restriction qui revêt une réelle discrimination s’apparente ni plus ni moins à une tentative de privatisation déguisée aux frais du « contribuable » avec un bénéfice exclusif pour les pêcheurs à la mouche fouettée, pratiquants qui demeurent tout de même très minoritaires dans les Pyrénées.
Un halieutisme lobbyiste reste difficilement acceptable en France où justement le choix de favoriser l’accès au loisir pêche est inscrit dans le Schéma National de Développement du Loisir Pêche de la FNPF, objectif qui passe notamment par « l’incitation à faire évoluer la réciprocité, démarche par laquelle le titulaire d’un droit de pêche (AAPPMA, FDAAPPMA) décide volontairement de partager celui-ci avec des pêcheurs autres que ses propres adhérents ». Ces accès restrictifs que sont les No Kill spécifiques ne vont certainement pas non plus vers une reconquête des effectifs de pêcheurs, autre orientation politique de la FNPF pour la promotion et le développement du loisir pêche.

Une réaction au sujet de « No Kill spécifiques ou parcours réservés ? »

  1. Quelle est la position de la FNPF sur ce grave problème discriminatoire, d’autant plus que lorsqu’on la contacte pour quelques sujets qu’il soient elle n’a pas la courtoisie de nous répondre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *