Toc en Vercors

Toc en Vercors

Quand deux fous de ruisseaux se rencontrent dans un lieu mythique qu’est le Vercors. Mythique de par son histoire, le Vercors fût considéré par l’armée allemande comme une véritable forteresse naturelle et une importante base de la résistance française. Dès 1939 les hauts plateaux se sont organisés pour accueillir des réfugiés des quatre coins de « l’Europe ». Ce Vercors qui, de Saint-Jean-en-Royan au Col de la Chau, de Lans-en-Vercors au contre-fort de Grenoble, se féra envahir par 14 000 soldats allemands en 1944 pour le soumettre.
Mais ce massif n’est pas qu’un lieu d’histoire. C’est aussi un véritable joyau, une pépite géologique et hydrologique. La nature y reste sauvage. Faune et flore ne se laissent pas dompter facilement. Les ruisseaux se méritent alors. Que dire des Belles qui s’y prélassent !
Serge m’a offert un de ses joyaux en ce dimanche de mai. J’avoue que pêcher au milieu des « arbres troll » recouvert de Bryophyta ligamenteuse de la tête au pied est impressionnant. Ici une créature imaginaire te surveille, là ton imagination voit une salamandre ou une mante religieuse. Partout les rochers sont verts, moelleux, souples recouvert d’un épais manteau de mousse.
Les truites y sont nombreuses et espiègles et ne se laissent pas tromper facilement. Elles aussi, comme le décor, se méritent et ne se contentent pas d’une approximation. Que vous dire de plus sur cette session si ce n’est que des photos valent mieux qu’un long discourt sur un ressenti ou sentiment qu’il vaut mieux vivre qu’essayer d’expliquer.

Halieutiquement
Phil

3 réactions au sujet de « Toc en Vercors »

  1. Merci pour la petite histoire souvent oublié…
    Une magnifique destination de Vercors, d’année en année je prends plaisir à le découvrir.
    Un macif plein de mystère.

  2. Salut Phil,bien joli ces photos,le débit est encore très correct,vous avez touché du poisson,tu as péché en nymphe comme à ton habitude,ou bien tu en as profité pour former Serge!!!
    Je te confirme que le Vercors coté nature est exceptionnel.Merci à toi pour le partage.

    1. Non, comme à chaque fois que je pêche un nouveau parcours je reste sur ce que je connais le mieux, le ver. J’ai même pas pris le temps de soulever les cailloux pour voir ce qu’il y avait dessous. Il faut dire que j’avais les yeux à contempler le décor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *