"Ma plus belle truite" : Alphonse Arias

Alphonse Arias nous livre ici un souvenir de jeunesse...

La vielle dame, l’enfant et la grosse truite

Assise devant le pas de sa porte, la vieille dame semblait surveiller une chaise à côté d’elle et sur laquelle se trouve un journal recouvrant quelque chose d’important…
Deux employés municipaux passent et saluent la grand-mère. En guise de réponse, elle hoche la tête au visage parcheminé avec deux petits yeux malicieux et des cheveux blancs désordonnés.
Ses mains aux veines apparentes soulèvent aussitôt le journal et les deux passants poussent une exclamation d’admiration ; une grosse truite de 2,5 kg, enorgueillie d’une robe merveilleuse et d’une gueule redoutable repose sur un lit de fougères…
La vielle dame, lassée d’entendre taper à la porte, avait décidé de rester dehors. Il est vrai que la capture d’une « belle » du Salat par un gamin « Fou de pêche et de Toc » avait provoqué un va et vient incessant de curieux, avides de voir la truite d’exception !

Une belle du Salat prise par Alphonse...pas celle du récit mais jolie !

Deux heures auparavant, malgré un soleil qui brûlait les épaules du gamin, celui-ci pêchait sans relâche à quelques minutes de chez lui. Du haut de ses douze ans, il arpentait, infatigable, les rivages enchanteurs du Salat, harcelant avec de multiples techniques les farios noires de « sa » rivière emblématique…

A la demande de quelques copains qui jouaient au ballon, il laissa sa canne dont la ligne était eschée d’une boulette de fromage, posée et pêchante, sur le parapet servant de berge à la rivière.
L’instant d’après, alors qu’une force invisible tirait la canne vers les eaux vives, in extremis, l’enfant ferre une grosse truite qui lui donne du fil à retordre dans sa lutte homérique pour la survie…
La passerelle du Champs de Mars, ainsi que le parapet de la place de la Poste grouillait de monde et de commentaires bruyants…
Demi-heure plus tard, la truite acheva sa carrière dans l’épuisette d’un jeune camarade après qu’il ait réussi, laborieusement, à descendre au bord de l’eau !

Ma grand-mère avait hérité de cette belle truite et moi j’étais reparti immédiatement faire danser ses consœurs…
C’était en 1960 !

Splendide truite prise par Alphonse mais certainement pas du Salat
Une autre beauté dont vous devinez certainement l'origine !
Alphonse

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Retour dans les Pyrénées...

Vu dans la presse : semaine du 30 juillet au 5 août

Vu dans la presse : semaine du 27 août au 2 septembre

2ème rencontre des Fous de Toc