Week-end pêche sur l'Ariège...

Ce week-end de fin juin, direction l'Ariège avec Laurent et Fouytoc pour aller taquiner les belles. Nous arrivons sur place samedi en fin d’après midi et prenons possession du chalet que nous avions réservé dans un camping labellisé "hébergement pêche", là-même où nous avions fait l'ouverture 2015, une sacré ouverture avec pas moins de six poissons de 40+. Autant dire qu'on était gonflé à bloc, prêts a en découdre pour de bon !
Aucun pêcheur en vue mais, comme annoncé (voir posts du 31/05 et du 23/06), les niveaux sont bas pour la saison. Qui plus est, les hautes températures de ces derniers jours cumulées à un débit faible ont favorisé la prolifération des herbiers aquatiques et notamment de la Renoncule des rivières (Ranunculus fluitans). Bien que fréquente sur l'Ariège, elle arrive donc en masse cette année et nous ne sommes que fin juin. Inutile de préciser que la pêche au toc va être difficile, voire impossible sur certains secteurs entièrement colonisés par cette végétation...

Les renoncules sont déjà là...

...et au milieu Laurent !

En attendant Laurent, qui n'arrivera qu'en début de soirée, nous ne résistons pas à l'envie de faire un petit test du parcours sur lequel nous sévirons le lendemain. C'est un tronçon capté et il n'y a vraiment pas beaucoup d'eau. Les postes praticables à la dérive sont rares et les plombées légères s'imposent d'office avec du 6 et du 8. Quelques plages avec un peu de courant nous rassurent un peu mais il va falloir passer entre les herbiers et sans accroche...c'est pas gagné !
Dès les premiers passages, nous toucherons quelques petites entre 20 et 26 cm. Les touches sont assez timorées, toujours en fin de dérive comme si elles suivaient l'appât. Les bordures propres ne donnent rien, elles sont dans les herbiers, bien à l'abri. Nous restons quand même dubitatif pour le lendemain, on verra bien !

Un niveau très bas pour la saison


Laurent nous rejoins enfin, juste à l'heure pour l'apéro. La soirée va pouvoir commencer avec son lot habituel de discussions entre pêcheurs. Plus que d'habitude, nous parlerons longuement de l'état des rivières avec un constat unanime, ça n'a pas l'air de s'arranger vraiment, en tout cas coté Pyrénées !
Le gérant du camping nous dira qu'il a constaté en 20 ans, un abaissement d'1,20 m du lit de l'Ariège, dû évidement au manque de transport sédimentaire. Qu'en sera t'il dans les prochaine années ?
La soirée s'éternise jusqu'aux environs de deux heures du matin dans une ambiance des plus conviviale loin du monde, loin de tout.

Mes deux compères à l'heure de l'apéro
Réveil à 7h00, les yeux un peu embrumés, un temps couvert, sans vent ou presque, les conditions sont réunies.  Reste plus qu'à...
Nous nous posterons sur les spots que nous avons repérés la veille, en bordure ou au milieu des herbiers. Dans un premier temps, peu d'activité, nous piquerons de rares poissons. Vers les 10h00, les prises se feront plus nombreuses avec quelques jolies farios de 30+ dont une de 37. Pour ma part, je décrocherais pas mal et casserais sur deux belles de 40 +, la première sur un ferrage trop brusque, la seconde sur un démarrage de folie. Au final, nous mettrons quand même au sec plus d'une vingtaine de maillées.

Quelques photos...

L'après-midi, nous décidons de nous rendre sur un parcours non capté. Bien que les niveaux soient plus haut et les courants plus forts, les herbiers sont toujours présents mais de beaux spots s'offrent à nous. Dès sa première dérive, Laurent pique une belle de 30+ mais ce sera la décroche. En peu en amont, je perdrais également un beau poisson après un rush magnifique. Puis ce sera les premières prises, pas bien grosses mais de taille respectable avec une dizaine de poissons entre 25 et 35 cm.
Des poissons très combatifs dans l'ensemble mais pas autant que ces trois AEC de 30+, une chacun, qui trainait depuis un certain moment dans le secteur et qui nous ont donné du fil à retordre.
Cette sortie aura également été l'occasion d'essayer le toc à la nymphe qui s'est avéré relativement efficace mais avec pas mal de décrochés dont certains qu'on aurait bien aimé au moins apercevoir.
Bref, pas de poissons trophées mis au sec pour cette session mais de belles sensations.
Un week-end encore chargé de passion et de partage, que du bonheur !

Plus d'eau mais toujours des herbiers

Au toc, à la nymphe

A la nymphe aussi : 35 cm

Une AEC, bien grasse

Une autre : des nageoires superbes

Et une petite vidéo pour finir.

Commentaires

  1. Bonjour, je pêche beaucoup ces secteurs, je vous vois avec de jolis paniers en osier et des sacs à appâts bien plein, j'espère que vous ne prélevez pas tout les poissons. L'Ariège est une très belle rivière très poissonneuse surement du au fait qu'avec les herbiers elle n'est péchable que très peu de mois dans l'année. Mais si tous les pécheurs prélèvent ne serait ce que 5 poissons jours le cheptel de truite va vite baisser. En espérant que vous êtes des pécheurs responsable.
    Halieutiquement
    Sébastien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, oui je pense que nous sommes des pêcheurs responsables et pas que sur la question du prélèvement, sur le milieu aquatique en général (voir les statuts de notre association). Pour cette sortie de deux journées, sur la trentaine de poissons maillés que nous avons fait, nous n'avons gardé que les AEC et deux farios (qui saignaient !).
      En espérant que cela vous rassure.
      Bien à vous

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ces associations qui s'engagent dans la protection des milieux aquatiques : Salmo Tierra - Salva Tierra

Vu dans la presse : semaine de 12 au 18 novembre

La Charte de l'environnement : connaissez-vous ?

Retour sur une semaine agitée !

Petite hydroélectricité : "fraus omnia corrumpit"