Articles

Affichage des articles du août, 2016

Concours de pêche aux appâts naturels à Roques-sur-Garonne samedi 3 novembre 2016

Image
Avis aux amateurs !
Gilles Fuzeret, moniteur guide de pêche et animateur de l'Entente Intercommunale Boussens Roquefort, organise comme les années précédentes un concours de pêche de la truite aux appâts naturels, à Roquefort-sur-Garonne (31) sur le Salat, en aval du pont suspendu et du pont de l'autoroute.


Le concours est ouvert à tous (carte de pêche valide) et les participants seront répartis en trois catégories : jeunes, amateurs et licenciés.
Tous les appâts naturels sont autorisés, y compris l'asticot. Ils devront être eschés sur des hameçons simples sans ardillon. Les poissons seront capturés avec une épuisette avant d'être relâchés.
Des licenciés du Groupement National Truite (GNT), dont des membres de l'équipe de France, participeront au concours.
L'équipe de France disputera le championnat du monde 2016, la semaine suivante, à Bergame, en Italie, sur la rivière Brembo.

La continuité écologique des cours d'eau, qu'es aquò ?

Image
La notion de "continuité de la rvière" ou "continuité écologique" est précisée dans l'annexe V de la Directive Cadre sur l'Eau (DCE) du 23 octobre 2000. Elle vise l'atteinte du bon état des eaux sur tout le territoire européen d'ici à 2015. C'est un des paramètres qui permet de qualifier l’état écologique d’une masse d’eau et se définit par la capacité à permettre « une migration non perturbée des organismes aquatiques et le transport des sédiments ». Elle a une dimension amont-aval, impactée par les ouvrages transversaux comme les seuils et barrages, et une dimension latérale, impactée par les ouvrages longitudinaux comme les digues et les protections de berges.
Selon la DCE, l' " Etat écologique " est l'expression de la qualité de la structure et du fonctionnement des écosystèmes aquatiques associés aux eaux de surface. Le " Bon état écologique " est l'état écologique atteint par une masse d'eau présentant u…

L'étiage bat son plein ...

Image
Une dizaine de jours sans voir les berges d'un cours d'eau. Comment vont être les niveaux ? Dame truite sera t'elle dehors ? Nous partons donc, JP, Fouytoc et moi, direction le Salat bien décidés à taquiner les belles. Un petit coup d’œil avant sur VigiXplorer, l'application réalisée par l'ami Adrien, qui nous signale un niveau des plus bas qui devrait nous permettre d'explorer des postes jusqu'alors peu ou pas praticables. Un arrêt à Mane chez Ducos où le maitre des lieux François, dit "l'Ancêtre", nous accueille, comme toujours, avec le sourire. Et c'est parti !
Arrivé sur place, le temps est couvert, sans une brise, l'idéal quoi !  Pas l'ombre d'un "concurrent", nous sommes seuls au monde !  Bien seul, et peut-être un peu trop car pour Fouytoc et moi ce ne sera que quelques touches discrètes durant la moitié de la matinée. JP, au somment de son art, s'en tirera nettement mieux avec 6 beaux poissons dont un de 4…

Opposition aux microcentrales...Pourquoi ?

Image
Pour tous ceux qui se posent encore des questions sur l'opposition aux microcentrales voici un extrait d'un rapport édifiant, clair et concis sur la question...


MICROCENTRALES : UNE OPPOSITION REFLECHIE
Jacques PULOU, membre du directoire du Réseau Eau de FNE
Pilote du Réseau Eau de la FRAPNA
Membre du Comité de Bassin Rhône Méditerranée

Le parc hydroélectrique français produit environ 2% de l’énergie consommée en France, dont un peu plus de 10% sont produits par 1700 microcentrales privées (90% reviennent aux 400 usines concédées appartenant à l’État) soit 0,2%. Un accroissement de 50% de ce parc, tel qu’il est malheureusement préconisé par les pouvoirs publics, représenterait 0,1% de notre approvisionnement énergétique. En matière hydroélectrique, la France fait figure de privilégiée et nombre de pays qui disposent de beaucoup moins n’en sont pas moins beaucoup plus avancés dans la transition énergétique : économies d’énergie et énergies renouvelables
L’hydroélectricité étant…

PAPG été 2016 vient de paraître...

Image
Le numéro d'été 2016 de "Pêches en Adour-Garonne-Pyrénées" (Numéro 44), la revue officielle des Fédérations de Pêche du Sud-Ouest dédiée à l'actualité des Fédérations et AAPPMA du 09, 24, 31, 32, 40, 46, 64, 65, 81 et 82. vient enfin de paraître.

Au sommaire de ce numéro, on retiendra un premier article sur le congrès du Club Halieutique qui s'est tenu à Avignon. On apprend entre autre que "le prix de la vignette réciprocitaire n'augmentera pas en 2017" ainsi qu'apparemment celle de la carte de pêche... A suivre !
Un petit compte rendu également sur la rencontre qui a eu lieu l'hiver dernier à l’Élysée où Le Président de la République, Ségolène Royal et Stéphane le Foll ont reçu une délégation de la F.N.P.F et de la F.N.C. Les questions de la continuité écologique, du bon état écologique des rivières et de la non prolifération des microcentrales ont été abordées avec un constat éloquent pour ne pas dire édifiant : "la singulière volte …

Le Barbeau...ce mal aimé !

Image
Il n'est pas rare de rencontrer dans les cours d'eau de première catégorie ce gros moustachu qu'est le barbeau commun ou barbeau fluviatile (Barbus barbus). A ne pas confondre avec son cousin, le barbeau méridional (Barbus méridionalis), dépassant rarement 25 cm, qui fréquentent les rivières du sud de la France et du nord est de l'Espagne.
Le barbeau fluviatile peut quant à lui atteindre des dimensions considérables, certains dépasseraient le mètre pour des poids de plus de 10 kg et un âge de plus de 10 ans. Originaire du Danube, ce cyprinidé est présent dans presque toute la France, au moins depuis l'antiquité, et au-delà dans toute l'Europe occidentale et centrale. Il est absent de l’Espagne, de l'Italie, du Danemark, de la Scandinavie, de l'Irlande, de la Grèce et en partie de la Dalmatie.


Autrefois très présent dans les zones mixtes toujours classée en première catégorie (zone dite "des barbeaux"), il semblerait qu'aujourd'hui on p…

Retour dans les Couzes...

Image
Comme chaque année au mois d'août, l'occasion m'est donnée de parcourir les Couzes* dans le Puys de Dôme. Comme l'an dernier, le mois de juillet a été sec et les eaux étaient très basses, trop basses à mon goût... Mais qu’importe, je n'ai pu résister à l'appel des ces torrents auvergnats.


Ma première retrouvaille se fera sur la Couze Pavin, dans le secteur géré par l'AAPPMA "la Truite de la vallée" de Chidrac dont la gestion est remarquable à plus d'un titre. Je vous invite d'ailleurs à visiter leur site ici.
Malgré un étiage sévère, je prendrais une quinzaine de truites en pêchant très léger dans de petits courants et près des bordures. Pas de "monstres" mais de jolis poissons, de 18 à 25 cm, aux robes bien typées. Très méfiants, le niveau des eaux est probablement à l'origine de beaucoup de ratés.
Ma deuxième sortie se fera sur la Couze Chambon. Pas pire, pas mieux que l'an dernier, les prises seront peu nombreuses avec…