Pêche "miraculeuse" sur la Garonne...

Notre sortie de samedi dernier n'a pas été habituelle. La veille nous nous étions décidés pour la région de Saint-Girons mais une fois de plus des orages nous ont contraint à changer de secteur.  Nous nous décidons pour une nouvelle sortie sur la Garonne dont le niveau restait stable.
Arrivés sur Saint-Béat, ça ne "sentait pas bon", non pas que la rivière ne soit pas praticable, mais du fait de la présence en nombre de pécheurs. Nous remontons donc plus en amont mais même constat, des pécheurs un peu partout... Que se passe t-il  donc ? Nous aurons vite la réponse à nos interrogations.
Après avoir finalement trouvé un endroit apparemment moins fréquenté, nous débuterons sur un petite plage et dès la première dérive ce sera une truite d'une vingtaine de centimètres à la robe pour le moins soupçonneuse. Beaucoup d'autres suivront, pratiquement à chaque coulée...Au final, à trois, nous prendrons près d'une centaine de poissons de 18 à 24 cm qui repartiront bien évidement tous à l'eau.
Pêche miraculeuse ? Non, tout simplement un lâcher réalisé la veille qui nous sera confirmé par deux gardes fédéraux en patrouille...Voilà l'explication.
Un peu lassés par ces truites de bassine, et après quelques grillades pour déjeuner, nous nous attaquerons l'après midi sur un autre secteur, espérant dénicher quelques poissons moins dociles. Malheureusement, il y en avait aussi, et même si quelques "sauvageonnes" de 25 à 27 cm se sont laissées prendre, les belles n'étaient pas dehors, probablement quelque peu gênées par tous ces nouveaux intrus arrivés en masse...

Truites de "bassine" : bien brillantes, nageoires atrophiées...

Un peu las après cette matinée !

Lâchée, pas lâchée ?

C'est quand même autre chose !

Une des rares non "lâchée"


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ces associations qui s'engagent dans la protection des milieux aquatiques : Salmo Tierra - Salva Tierra

Vu dans la presse : semaine de 12 au 18 novembre

La Charte de l'environnement : connaissez-vous ?

Retour sur une semaine agitée !

Petite hydroélectricité : "fraus omnia corrumpit"