Il y a presque 40 ans : le Championnat des Pyrénées...


Il y a presque 40 ans, c’est achevé le dernier Championnat des Pyrénées !
Créé à l’initiative de l’App de Montréjeau en 1969, le Championnat des Pyrénées était une compétition unique en son genre qui a réuni et fait connaitre des grands noms de la pêche au toc des Pyrénées et d’ailleurs. Cette rencontre avait également pour objectif de « confirmer qu’il y avait bien des truites en Comminges » ("La truite en eau vive" Jean Lamoure 1977, p.116).
La compétition se déroulait sur deux jours, en fin de saison, à partir de la fin juillet, toujours sur la Garonne. Elle était suivie par un large public et bien relayée >par les médias. Au total, huit compétitions ont eu lieu, de 1969 à 1972 et de 1974 à 1977 avec cette année là le « Super Championnat des Pyrénées ». 
Les épreuves comportaient deux cessions sur deux journées. La première était éliminatoire et permettait de sélectionner les finalistes (une vingtaine en général). Les parcours et les contrôleurs (chaque compétiteur se devait de venir avec un contrôleur qui contrôlait un autre concurrent) étaient tirés au sort le matin même au café "le Cardinal" à Montréjeau. Une fois le tirage terminé, les pêcheurs partaient avec leurs contrôleurs respectifs sur les parcours attribués. 
Les cessions se déroulaient de 7h00 à 12h00 sur les deux rives de la Garonne. D’après J.-F. Ducos : "le top était le pont de Chaum, le pire le rocher de Jonac". Après l’épreuve, avaient lieu la pesée et le comptage des poissons. La proclamation des résultats se terminait par un repas commun dont on peut imaginer l'ambiance> !
Lors de cette compétition, aucun lâcher de truites n’était réalisé et la pêche se faisait donc normalement sur des poissons uniquement "sauvages". De même, l’asticot était autorisé comme appât et à l’amorçage...ce dont ne se privaient pas les concurrents !
La taille légale de capture n’était alors qu’à 18 cm et, chose curieuse pour un concours, tous les poissons étaient gardés. Pour donner une idée des prises alors réalisées, les finalistes cumulaient plus de 150 poissons en une matinée, avec des scores encore plus impressionnants certaines années comme par exemple en 1971 et 1975 où plus de 350 truites furent comptabilisées pour un poids total atteignant les 50 kgs !

Article paru à l’occasion du Super Championnat des Pyrénées en 1977 prèvu initialement le 31 juillet et le 7 août, il fut reporté aux 21 et 28 août en raison des intempéries

Parmi les champions, François Ducos remporte la première place en 1969, Jean Sempé en 1970, Lucien Larripa en 1971 et 1972, Jean Lamoure en 1974, Julien Adoue en 1975, Jacques Maraval en 1976 et Christian Loubet en 1977. D’autres auront des places plus qu’honorables comme Jean Sans qui obtiendra la seconde position en 1969 et 1971, puis la troisième en 1970 ou Julien Adoue, second en 1970 et troisième en 1972, ou encore François Cassagne qui terminera second en 1975 et se qualifiera pas moins de sept fois dans les dix premiers.
Alphonse Arias, qui n’avait alors pas 30 ans, participera également à trois reprises à ce championnat et obtiendra une troisième place en 1975 ainsi qu’une seconde en 1976 avec le plus gros poids de truites (5,400 kg). Même le grand Léon Foch participa à cette compétition en 1970, à l'âge de 72 ans !
Difficile de contester tous ces « maîtres » à la vue de leur place dans les différents palmarès. 

Les trois premiers du classement en 1976

Ce championnat s’acheva en 1977. Pourquoi ? Nulle réponse claire à cette question. Pour la petite histoire Alphonse Arias nous relate qu’en 1976, lors de la proclamation des résultats dans la salle du banquet avec les "officiels", une bagarre générale éclata. Ce serait à cause de cela que les organisateurs décidèrent d'arrêter la manifestation après l'organisation d'un super championnat des Pyrénées en 1977 où seuls les meilleurs classés des épreuves antérieures ont été qualifiés...
Il est donc possible que, comme dans toute compétition, la « championnite » l’ait emporté sur le plaisir et la passion. Dommage car une telle manifestation, entre véritables pêcheurs au toc pyrénéens avait tout pour redorer le blason de la pratique dans son berceau qu’est le Comminges.
Peut-être reverrons-nous un jour une rencontre de ce genre, sous une autre forme, où convivialité, amitié et respect seront les mots d’ordre ?

Je tiens à remercier ici tout particulièrement Alphonse Arias pour les nombreux renseignements et documents d'archives qu'il m'a fournit avec sa gentillesse habituelle. Ma gratitude va également à Pierre Sempé avec qui j'ai pu discuter de cette compétition ainsi qu'à Jean-François Ducos qui a aimablement répondu à mes questions.

Commentaires

  1. Super article Fabrice et toujours aussi bien écrit !

    RépondreSupprimer
  2. Un très très bon article sur des personnes qui nous ont donné cette passion : le toc.. Remerciement à ces personnes qui ont pu te donner toutes ces informations. C'est toujours bon de rappeler cela.. Je pense qu'il faudra faire un deuxième article sur cette rude compétition entre passionnés..On remarque que les truites étaient nombreuses à cette époque..Aujourd'hui, c'est No-Kill et on a pu remarqué ensemble à Muret que cette compétition a bien changé....

    RépondreSupprimer
  3. Une autre époque JP, une autre époque ...

    RépondreSupprimer
  4. Super article ! Un vrai plaisir de relire des anecdotes sur ces compétitions ! Jean Lamoure en parle aussi beaucoup dans son bouquin "La truite en eau vive". Le premier livre de Peche que j'ai lu autour de mes 10ans. Presque 10ans apres j'ai eu l'occasion de rencontrer Jean chez lui à Labroquere. Je m'en souviendrai toute ma vie.

    Merci pour cet article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui effectivement Jean Lamoure en parle dans son livre "la truite en eau vive". Je l'ai cité dans le texte au début.
      Merci pour ton commentaire

      Supprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  6. Et quelle époque! Bravo pour l'article.
    JM

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ces associations qui s'engagent dans la protection des milieux aquatiques : Salmo Tierra - Salva Tierra

Vu dans la presse : semaine de 12 au 18 novembre

La Charte de l'environnement : connaissez-vous ?

Retour sur une semaine agitée !

Petite hydroélectricité : "fraus omnia corrumpit"